L'Ete 1785.





On ne peut que trop conseiller de lire à ce sujet l'excellent article "DURS, DURS, LES CLIMATS" et la réponse nº 179 "MESURES DE CAPACITE / TAXER AUX RANTES" de Pierre Chevrier parus dans Gé-Magazine (ancien titre de Généalogie Magazine) nº 60 d'avril 1988.




été 1785





TRANSCRIPTION :

En l'annee 1785 
après une certaine abondance de neige suivie d'un pront 
degel, il survint une si grande sécheresse que l'herbe et 
les grains perissoient sur pied. le fouin se vendit jusques 
a trois cents livres (1)  la charretée et audela. la paille 
communement quarante sols le quintal Le froment 
au mois de 9bre et Xbre vingt six livres La méture vingt 
deux livres le blé despagne dix huit lavoine 
fut taxée aux rantes (2)  a douze livres dix sols la pochée; on se
vendit (3)de beaucoup de betail de toute espece. 

			Cussac. 	Curé.





Note (1) Retour à la Photo ou au Texte

Note (2) Retour à la Photo ou au Texte

Note (3) Retour à la Photo ou au Texte

Note (4)



Retour à la page de garde ou à la page précédente.



© : D.©h@t®y, version 1.0 du 06/09/1997